A propos Séraphin Alava

Séraphin Alava, professeur en sciences de l’éducation (UT2J), membre de l’UMR Education, formation, travail, savoirs (EFTS-MA122) est spécialiste des usages d’éducation non-formelle ou informelle dans les univers numériques. Ses travaux ont porté sur les cyberviolences des jeunes au sein des réseaux sociaux, sur leurs cyberconduites, notamment dans le cadre de la téléphonie ou de la vidéo. Il poursuit depuis 5 ans des travaux sur le dark-learning c’est-à-dire les « apprentissages sombres » dans le sens à la fois de mauvais apprentissages ou d’apprentissages cachés des jeunes. Son objet est de comprendre le processus d’apprentissage de la violence, de la délinquance, des inconduites sociales. Après les attentats du 13 novembre 2015, il a pris l’initiative de contacter plusieurs collègues dans une volonté de mutualisation pluridisciplinaire des travaux portant sur la violence des jeunes, la radicalisation des jeunes, les pratiques informationnelles et communicationnelles des jeunes avec les médias numériques pour décrire et comprendre ces phénomènes dans le but d’interagir avec les structures publiques et la société civile et prévenir ces actes odieux. Son axe d’attaque est essentiellement les jeunes, leurs usages, leurs modalités d’actions au sein des établissements de formation et au sein des réseaux sociaux. Contact : seraphin.alava@gmail.com

Online radicalization

Le carnet de recherche vise à diffuser les recherches d’un consortium de chercheurs européens et de membres de la société civile qui peuvent approfondir les recherches interdisciplinaires, construire des méthodologies appropriées et développer une approche globale de la prévention de la radicalisation numérique violente en Europe. Dans ce carnet nous avons comme objectifs : A) D’obtenir un consensus scientifique sur les différents processus qui mènent les jeunes à ce type d’actions ; B) De mesurer les progrès réalisés sur Internet parmi les jeunes européens et caractériser les populations et / ou les victimes sensibles ; C) D’exposer les processus propres à Internet et aux réseaux sociaux ; D) De valoriser et d’évaluer les ressources d’intervention et de prévention qui peuvent être proposées dans la cyberespace. Le niveau d’expertise du consortium et la sécurité urgente contre la radicalisation nous amènent à identifier les domaines de recherche et de coopération suivants :

  • Analyse des médias numériques et du discours de radicalisation dans les réseaux sociaux.
  • Description et typologisation des voies de radicalisation numérique des jeunes.
  • Développement de connaissances nouvelles et plus approfondies sur les processus d’engagement ou d’embrigadement des jeunes impliqués dans l’extrémisme violent.